• Boku Wa Mari No Naka [ Jdrama ]

     

     BOKU WA MARI NO NAKA

    Collaboration Delphe & Haryn

     

     

    Haryn : Bonjour tout le monde ! Une nouvelle collaboration sur Dramaic, on ne nous arrête plus ! Cette fois c’est avec Delphe ( Twitter :@Delphe_D ), qui suite à mon twitte sur Boku Wa Mari No Naka a eu envie de le commencer. Elle l’a dévoré et est venue me faire part de son ressenti, ressenti très enthousiaste et passioné : le premier drama qui lui a donné envie d’écrire une critique ! Je suis donc très honorée de prêter un bout de dramaic à Delphe. Vous verrez, elle se livre à un exercice extrêmement difficile qui est une analyse de drama, et elle le fait tellement bien ! Grâce à elle j’ai eu envie de terminer Boku Wa Mari No Naka alors merci <3 Pour lui laisser la plus grande place possible, vous retrouverez en début d'article mon ressentit à moi, avec quelques annotations de Delphe, puis son analyse à elle.

     

    Delphe : J’ai débuté ce drama suite à un commentaire d’Haryn indiquant qu’il est “adult only". Cela a piqué ma curiosité… Je n’ai pas lu le résumé ni regardé quels sont les acteurs, donc j’étais en mode totale surprise et pas de préjugé. Merci Haryn :) car j’ai adoré!!! Tant et si bien que pour la première fois j’ai ressenti le besoin de partager mon avis et de contribuer par un article.

     

    Résumé  Isao Komori, un jeune Tokyoite solitaire se retrouve un jour dans le corps de Mari Yoshizaki, une jeune lycéenne dont il est secrètement amoureux. Boku Wa Mari No Naka raconte l’histoire de cet homme bouleversé par son nouveau corps.

     

    •  Japon - 2017 - Ep : 8 - Genre : Surnaturel, Psychologique - Elaiza Ikeda, Rio Yoshizawa, Yurika Nakamura.

     

    Boku Wa Mari No Naka [ Jdrama ]

     

     

     

     

     

     

    Haryn a été gênée, mais pourquoi ?

     

    Ce drama est un drama tiré du Manga Boku Wa Mari No Naka. J’avais lue beaucoup d’avis dessus, tous extrêmement positifs (Wouhou bande de petit cochonou) mais je ne savais pas ce qu’il contenait en soit. Peut être que si j’avais sue, j’aurais été moins surprise et donc moins gênée. J’ai passé les trois premiers épisodes à snapper en permanence tout ce que je voyais, vous savez comme quand on regarde un film d’horreur et qu’on fait autre chose pour se protéger ? Là c’était un peu pareil. L’ambiance du drama est extrêmement différente, tout y est très intense, très étrange et je me demandais sans arrêt " Hey Owh j'ai mis quoi là ? ". J’attendais LE moment où le drama allait dépasser les bornes, et il l’a fait à l’épisode 4. Attention, ce n’est pas de trop et ce n’est pas mal fait non plus, c’est juste moi et ma vision des choses, moi et mes préférences. J’ai été scotchée par la réalisation tout à fait juste et réaliste, encore plus par les acteurs qui sont exceptionnels. C’est assurément un drama d’une qualité non discutable ! Et son thème et son intrigue sont tout aussi remarquable, très bien mis en scène et en image.

     

     

    Mais c’est un drama qui mériterait la mention ADULT ONLY. Et OKAY je suis adulte, mais quand on est dans Dramaland on s'attend à des papillons et compagnie, et on est déjà très heureux quand les acteurs ouvrent la bouche pour se bécotter ou encore quand le mot "sexe" est prononcé. MAIS LA ! Tout le monde ne peut pas le regarder, et tout le monde ne peut pas adhérer non plus. J’ai 27 ans, je ne suis absolument pas dérangée par les scène érotiques, mais ici elles mettent en scène des lycéens. J’ai été gênée d’accompagner Mari, Yori et Komori dans la découverte de leur sexualité, j’avais le sentiment d’être de trop à chacune de ces scènes (==> Delphe: pour moi c’est justement une des forces du drama, la réalisation sans chichi). Le drama ne tourne pas autour de ça et heureusement, mais la sexualité est un passage presque obligé afin de se découvrir soit même, et est donc un des pans de Baku Wa Mari No Naka.

    Il y a autre chose qui m'a mis mal à l'aise tout le long. C'est le comportement de Yori. J’ai eu le sentiment qu’elle profitait de la faiblesse de Mari/Koromi, elle était extrêmement violente avec elle/lui et je n'ai donc pas pu m’attacher à ce personnage qui a une place très importante. Certes elle lui est d’une aide précieuse, mais la fin ne justifie en aucun cas les moyens, et je n’excuse pas à Yori son obsession pour Mari. Le drama était toujours sur un fil, prêt à basculer dans le malsain à tout moment (==> Delphe : je n’ai pas le même ressenti par rapport à Yori, à voir plus bas!).

     

    Je conseillerais ce drama à tous les curieux, les amoureux de psychologie et à ceux qui n’ont pas peur du sexe. Je ne regrette absolument pas d’avoir vue Boku Wa Mari No Naka car il m’a bien rendu folle avec son intrigue, j’ai adoré essayer de deviner, analyser, et avancer avec eux.

     

    Je vais laisser la place à Delphe, qui saura vous donner envie j’en suis sûre. Attention aux spoils, car ici Delphe nous livre une super analyse de ce drama étape par étape, il est très intéressant à lire !

     

    Delphe à adoré, mais pourquoi ?

     

    • L'histoire.

     

    Ce drama est un “coming of age” tournant autour de 3 personnages 2 filles  encore lycéennes Mari et Yori et un garçon étudiant Komori.

    Qui suis je? c’est une question que Mari pose à elle-même et à ceux qui l’entourent dans plusieurs épisodes. C’est à mon sens le thème principal du drama qui va chercher à répondre à cette question.

    Pourquoi Mari se pose-t’elle cette question? Elle a simplement constaté que personne ne la regarde vraiment. Le drama illustre ceci dans différentes scènes :

    episode 1 ses parents ne voient pas que Mari n’est pas Mari, les amis se rendent compte qu’elle est bizarre mais ne vont pas voir plus loin.

    épisode 4 Mari dit qu’elle n’est pas Mari mais ses parents ne veulent pas entendre et se disputent pour savoir s’il faut la forcer à aller à l’école ou non.

     

    Pour Mari la solution est de se libérer du regard des autres comme Koromi l’a fait en se coupant du monde. Pour elle la vie de Koromi représente la liberté alors que pour Koromi sa vie est mensonge, lâcheté, solitude, répétition et au final une non-vie. Il s’est tellement isolé que quand il sort son comportement est étrange et les autres le regardent avec inquiétude comme un risque potentiel (Photo 1 : les parents surveillent du regard Koromi et s’éloignent rapidement de lui)

     Photo 1 : La famille du Magasin

     

     

     Paradoxalement Mari est une fille très populaire : elle se conforme à ce que l’on attend d’elle, elle présente une image parfaite au monde (Koromi l’appelle l’ange). Pourtant elle est aussi déconnectée des autres que Yori, la fille introvertie et ignorée par tous de sa classe ou Koromi reclu dans son appartement. Les trois personnages sont identiques en cela, ils se sentent coupés des autres.

     

    Face à sa crise existentielle Mari va disparaître et Koromi va investir son corps. Etranger à la vie de Mari, Koromi va demander de l’aide à Yori qui a réagi sans tarder au changement de personnalité de Mari. Yori est la seule personne à vraiment connaître Mari puisqu’elle la stalke depuis longtemps. Elle s’aperçoit immédiatement du changement et réagit violemment : elle n’ose pas parler à son idole mais peut attaquer quiconque (même si cette personne a le corps de Mari) s’en prenant à celle-ci. La scène de la confrontation est très bien faite car elle montre Yori bousculant violemment Koromi jusqu’à le prendre au col. C’est alors qu’elle entre en contact avec le corps de Mari et du coup revient à son comportement habituel timide et introverti.

     

    Grâce à la présence de Koromi, Yori a pu entrer en contact avec Mari. Yori se pose en protectrice de Mari face à Koromi. Elle a le dessus sur lui et le traite avec mépris. Yori et Koromi/Mari vont alors s’allier pour partir à la recherche de Mari.

     

    La quête pour retrouver Mari. Leur première étape est l’appartement de Koromi, afin que Koromi/Mari prouve à Yori que Koromi a bien investi le corps de Mari. En bonne stalkeuse Yori doute des preuves apportées par Koromi/Mari, d’autant que quand elles font face à Koromi celui-ci ne reconnaît pas Mari alors qu’il est censé être lui aussi son stalker.

     

    J’ai lu sur un blog (http://www.luminophore.net/) que le point fort des dramas japonais est leur réalisme. Avec ce drama j’ai trouvé cela très juste. Car la question de l’amour est traitée avec celle du sexe, yeux grands ouverts et images à l’appui. L’amour de Yori pour Mari est fait de désir. Le désir de Koromi se traduit par des séances de masturbation à répétition. Celui de Mari par l’achat des mangas pornos que Koromi lit. Quand il voit les mangas dans la chambre de Mari, Koromi/Mari se demande si Mari est amoureuse de Koromi. Cela sème un doute : est ce que Mari stalkait Koromi?

     

    La recherche de Mari (qui est une recherche d’identité) va alors passer par plusieurs étapes au grès des épisodes et les liens se rapprocher entre les personnages. Komori/Mari va se trouver confronté au corps féminin et va expérimenter ce corps : d’abord respectueux et effrayé, il va apprendre à se l’approprier et à l’aimer (à travers le désir et la masturbation, ce sont des ados!!!). Puis il va confronter ce corps à celui des autres, Yori et Komori, leur offrant ce qu’ils n’ont jamais espéré obtenir (un contact physique et je n’en dis pas plus).

     

    Pour Komori c’est simple il tombe amoureux de Mari et va se mettre en mouvement et changer sa vie.

     

    Pour Yori c’est plus compliqué car elle tombe amoureuse de Komori/Mari qui est la personne avec laquelle elle est entrée en relation. Aussi elle est placée devant un dilemme : si Mari réinvestit son corps, Komori va disparaître et elle va perdre la personne qu’elle aime. Confrontée à la disparition temporaire de Komori, elle va accepter de renoncer à son amour pour revenir à l’amitié et par là-même trouver la réponse à la question identitaire de Mari et la lui donner : tu es qui tu es (easy!!!)

     

    Komori/Mari doit découvrir qui il est : il le fera grâce à Yori qui se battra pour faire éclater la vérité et faire tomber les mensonges dont est entourée Mari : scène magnifique de l’épisode 7 quand Yori va affronter la mère de Mari et refuser de se laisser impressionner par cette adulte qui arrange sa vie et celle des autres à son envie sans penser aux conséquences. (Photo 2 : visage effrayant de la mère qui grimace avant de nier)

     

    La mise en scène est particulièrement réussie avec une image qui se tord et oscille. Cela à mon sens illustre le questionnement de Mari, comment peut elle savoir qui elle est si on lui a menti sur son identité? (Photo 3)

     

    Photo 2                                    Photo 3

    Enfin la vérité sera dite par la mère devant sa fille. Puis Yori poursuivra le combat en attaquant à nouveau, cette fois sur le fait que la mère ne fait pas attention à sa fille (ne la regarde pas) provoquant la violence de la mère et le réveil de Mari.

     

    La conclusion. Mari a appris à s’accepter, Komori est sorti de sa léthargie et reprend le cours de sa vie, Yori est devenue une battante. Ils sont prêts à devenir adulte et à affronter le futur. De la tristesse, voire de la dépression du début, le drama fini sur les sourires et les rires des 3 personnages.

     

    • Au delà de l’histoire, j’ai aimé ce drama :

     

    Pour sa réalisation :

    • 5 minutes suffisent à décrire le contexte de Koromi c’est simple, direct, efficace.
    • Les moments où Mari et Koromi se retrouvent face à face dans un miroir ou plus tard dans un espace nu : il y a un dialogue intérieur qui s’installe, d’abord monologue de Koromi face au corps de Mari puis plus tard dialogue entre les deux personnes.
    • Tout l’épisode 7 (voir plus haut).

     

    Pour son rythme :

    • il est composé de 8 épisodes d’une vingtaine de minutes chacun.
    • Beaucoup d’évènements s’enchaînent rapidement créant de la tension.
    • Les épisodes se terminent par des cliffhangers. C’est prenant, cela passe vite et j’ai plusieurs fois été surprise.

     

    Pour le jeu des acteurs :

    • Mari et Koromi ont le même tic de se frotter un côté du visage quand ils sont gênés, cela renforce l’idée que c’est la même personne
    • la voix de Koromi quand il raconte son arrivée à Tokyo est vivante et joyeuse avec un rythme rapide puis 3 ans plus tard sa voix est plus grave, plus lente et triste pour ne se réveiller que quand il parle de l’ange du magasin
    • Mari est mi-fille, mi-garçon et j’avoue qu’à plusieurs reprises lors du visionnage je me suis demandée si c’était un acteur ou une actrice qui jouait ce personnage… pour qu’Haryn me confirme quand je lui ai posé la question que c’est une actrice. Donc respect pour Elaiza Ikeda qui joue le rôle. Elle est aussi grande que l’acteur qui joue Koromi, elle est souvent habillée de vêtements amples qui donnent un côté massif à son corps ce qui aide à créer la confusion. L’actrice a su également bouger de façon brusque et malhabile qui renforce le côté masculin. Alors qu’au début de l’épisode un, à son réveil son corps en petite tenue est hyper féminin (il fait penser à celui d’un personnage des mangas que Mari lit).
    • Yori alterne la timidité et la violence. L’actrice parvient à être à la fois effacée et intense. Elle est constamment crédible.



    Comme vous pouvez le constater ma contribution est complètement orientée : j’ai été bombardée de “bonnes” surprises tout au long de ce drama ce qui ne m’a absolument pas laissé le temps et encore moins la clairvoyance nécessaire à pointer ses défauts.

    En conclusion, je recommande vivement ce drama… vous l’aurez deviné!

     

    J’espère que vous aurez apprécié l’article. C’est une première pour moi et sans doute est il un peu maladroit… Je remercie énormément Haryn pour me donner l’opportunité d’écrire ma première revue. C’est un “achievement” pour moi :) car je doutais d’en être capable.

     

    « Premieres impressions Leh Lub Salub Rarng / Lakorn 2017 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :