• A la découverte du Japon... L'histoire du Manga

    Tezukua, magaka.

    L'histoire du Manga

    " Il n'y a rien de tel que le Manga qui puisse secouer la société "

    - Fukuzawa.

    La satire Occidentale comme influence.

    • Les expatriés satiriques.

    Lorsqu'en 1860 les USA ouvrent les portes du Japon au reste du monde, deux petits chenapans Occidentaux s'y glissent et publient, pour la première fois au Japon, des periodiques Satiriques.

    Wirgman, illustrateur Anglais, publie le Japan Punch en 1862.

     Bigot, illustrateur Français, publie quant à lui Tobae en 1887.

     

            

    Japan Punch, Charles Wirgnam. Illustration de Charles Wirgnam. Monsieur et Madame vont dans le Monde, Bigot, in Tobae. Georges Bigot (aka Shidari-kiki), Ou se voit que les Japonais ont aussi leur homme au long nez, ca 1906.

     

     Ils sont reconnus comme les initiateurs des mouvements dont allait naître le manga de la première partie du XXe siècle puisque leur caricatures et publications ont incitées les Japonnais à suivre la voix du dessin comme moyens d'expression.

     

    • Fukuzawa et son idée révolutionnaire : dessiner pour s'exprimer.

    Fukuzawa est le créateur de l'un des premiers journaux satirique purement Japonnais, le Jiji's Shimpo. Grandement influencé par Wirgam et Bigot, il demande implicitement à un jeune dessinateur prometteur, Kitazawa, de se lancer dans cette voix, persuadé que le dessin constitue une arme puissante à exploiter. Si Kitazawa s'exerce d'abord dans les revus occidentales, il fini par retourner à ses racines et publie ses illustrations dans le Jiji's Shimpo de Fukuzawa. Ce dernier lui donna même une plus grande place en créant le Jiji Manga. Finalement, après la mort de son maitre à penser, Kitazawa développa le Tokyo Puck, la première revue toute en images et s'exprimait en ces mots :

    "Parfois un dessin est plus fort que 100 éditoriaux"

    -Kitazawa

     

                     

     

     

                     

    Illustration de Kitazawa dans Jiji Shinpo Tokyo Puck, première revue toute en image.

     

     

     

    De Kitazawa à Tezuka en passant par Okamoto.

     

    • Kitazawa le "Papa Manga".

     

     

    Si Kitazawa est bien reconnu comme le père du Manga puisqu'il est le premier à utiliser le dessin pour s'exprimer, il faut préciser que si le genre à connu de grand changement et est devenue ce qu'on lui connait aujourd'hui c'est grâce notamment à Ippei Okamoto et, plus tard, à Tezuka (Astro Boy).

    Ippei Okamoto est un dessinateur qui a été confronté lors de ses études au 7ème art. Lui vient alors l'idée de faire des mangas sous formes de pellicule cinématographique. C'est le premier au Japon à raconter des histoire aussi bien en t e x t e qu'en i m a g e.

     

     

     

     

     

     Ippei Okamoto

     

     

     

     

     

     

     

    Alors finalement, qu'est ce que le  manga ? Le manga semble être une  synthèse, une joyeuse mixture entre de  l'Art, de la Littérature et de la Socio-  politique. Un moyens de raconter la  société en images et en mots.

    C'est pourquoi avant 1923 le manga  n'existait qu'en "Manga Manbun" (image  légendée) ou en Shonen Kurabo (des  textes  patriotiques destinés aux  enfants), puis grâce à l'apport de  dessinateurs comme Kitazawa, Miyao ou  encore Nagasaki, le genre se mua en  forme  de bande dessinée.

     

     

     

     

     

     

     

    Exemple d'illustrations patriotique à destination des enfants.

     

    Puis le premier Manga Boom survient, en 1930, grâce à Speed Taro de Sako Shishido. Il n'est plus possible de faire comme si le genre n'existait pas, tout le monde s'empare de son Speed Taro, tout le monde en parle, tout le monde lit du Manga.

     

    Un des grands classique reste toute fois le Manga Hadashi No Gen, publié en 10 volumes et qui, on nous l'assure, ne manquera pas de vous faire pleurer plus d'une fois avant son dernier Tome.Il retrace la vie d'un jeune garçon vivant à Hiroshima pendant le bombardement.

     

    Pourtant ces manga sont encore très influencés par les BD occidentales et graphiquement calquées sur le modèle des Comics Américain.

    C'est alors que notre chère Tezuka intervient et vient balayer tout ça, nous offrant enfin le Manga que l'on connait, d'influence occidentale mais tout à fait Japonais.

    • La norme de Tezuka. 

    Avec les mangas Shin Takarajima, Kurubeki Sekai, Osama Tezuka inaugure le manga moderne. Son style est tellement repris qu'en 1947 la norme n'est plus celle des comics américain mais bien celle des mangas de Tezuka.

     
      Metropolis, Tezuka (1949). Kurubeki Sekai, Tezuka (1951) Astro Boy, Tezuka (1952)

     

    Recette d'un Manga d'après Tezuka:

    1. D'abord, créez un personnage qui sera au centre de toute vos histoires et fera office de fil rouge.

    2. Ensuite, donnez vie à vos vignettes. Elles doivent être porteuses de sens, parler avec leur forme, leur dimension, faire lien avec les autres vignettes.

    3. Et enfin, utiliser des Bubulles  pour les dialogues. Vous pouvez varier leur formes, leur taille et les caractères que vous utiliserez.

    Page de Métropolis de Tezuka.

     

    • Dans un Japon en paix : Clarifier les genres.

    En 1950, le Japon se sent libéré du poids de la guerre et ose aller de l'avant. C'est dans ce contexte que le Manga se spécifie et diversifie ses genres afin d'augmenter son lectorat.

    Ainsi le Shonen (Orienté vers les garçons) voit le jour et se caractérise par des paysages et personnages fictifs. Il veut transmettre des valeurs morales et le héro, possédant des pouvoirs exceptionnels, est un but à atteindre afin que les enfants se bonifie. Depuis le début de cet article vous l'aurez compris, la guerre et le contexte politique Japonnais à, en plus d'avoir fait naître le Manga, grandement influencé son évolution. Il nous fallait des petits personnages mignon, fort et courageux afin de faire tenir nos petits hommes Japonnais, il nous fallait des personnage extraordinaire afin de leur donner envie de toujours s'améliorer, il nous fallait aussi des petits personnages polis et serviable afin de faire de nos petits hommes des petits homme sympa.

    A contrario, le Shojo (orienté pour les filles), raconte le quotidien banal des jeunes filles ou alors nous entraîne au pays des merveilles. Le shojo est plus artistique et beaucoup plus littéraire, s'inspirant souvent de la poésie. Il est également moins altruiste.

    Mais le Shojo n'a pas connus les mêmes débuts prometteur que son frère Shonen. Le premier Shojo fut écrit par Monsieur Tezuka (Oui encore lui décidément) et créer en 1953 Prince Saphyr destiné à faire rêver les jeunes filles. L’auteur y mêle les souvenirs de contes de fée et les graphismes des productions Disney d'avant guerre. L’intrigue met en scène l’enfant héritier d’un royaume. Il est doté de deux cœurs à la suite de l’erreur d’attribution d’un ange. Le personnage principal est ainsi à la fois un garçon et une fille. Inspiré par le théâtre de Takarazuka qui se produisait dans la ville de son enfance, Tezuka met en scène le premier travesti ou transsexuel de l’histoire du shôjo manga. Bien qu'il ait connu un franc succès, le genre en lui même ne parvenait pas à séduire. En effet, les lectrices ne se reconnaissaient pas en ce genre et jalousait même les aventures que l'on proposait aux garçons. Ce manque provient surement du fait que les auteurs étaient à l'époque majoritairement, et même entièrement masculin.

    Il fallut attendre l'arrivé des premières mangaka afin qu'elles puissent ajouter la vision d'une femme, sa sensibilité et sa psychologie et ainsi combler son lectorat féminin. Avec l'obtention de l'égalité des hommes et des femmes face à leurs droits, la discipline accueil dès 1945 les premières femmes Mangaka. Une nouvelle représentation de la femme apparait, elles leur donnent une place plus importante. La jeune fille est féminisé, elle reprend sa place de femme et n'est plus une petite fille que l'on protège. Dans l’immédiate après-guerre, Machiko Hasegawa est la seule femme mangaka. C'est cependant Hideko Mizuno qui est la première à rencontrer le succès grâce à Fire! parue entre 1969 et 1971. C’est la première série shôjo à succès qui met en scène un protagoniste masculin et va même jusqu’à mettre en scène une relation sexuelle, chose très choquante pour l'époque. Mais c'est avec les révolutions graphiques et thématique du groupe " Année 24 " composé uniquement de femme que le genre prend son envol en 1970. L'une d'entre elles, Riyoko Ikeda bouleverse les codes du shojo avec Versailles no Bara (Lady Oscar). 

     

    L'histoire du Manga

    L'histoire du Manga

    L'histoire du Manga

    L'histoire du Manga

    Princesse Saphyr, Tezuka, 1953
    Fire! Mizuno, 1969
     
    Le Cœur de Thomas , Moto Hagio, 1975 La Rose de Versailles, Riyoko Ikeda, 1972

     

     

    Petit Récap' :

     

    1. En 1860 les Occidentaux s'imposent au Japon.

    2. En 1882 Fukuzawa devient un Fan du " Droit d'expression " et créer la première revue satirique Japonaise.

    3. En 1905 Kitazawa est poussé par Fukuzawa pour foutre le bordel en dessin et créer la première revue toute en image: Tokyo Puck.

    4. En 1930 le Manga connait une heure de gloire grâce à Speed Taro, envolé qui sera freinée par la seconde guerre mondiale.

    5. En 1947 le papa d'Astro Boy, Tezuka, révolutionne le genre et impose les codes du Manga Moderne.

    6. Après 1950 le manga précise ses genres et se diversifie afin de toucher un plus grand nombres de lecteurs.

     

     

    Avant de me pencher sur cet article, je ne m'étais jamais vraiment intéressé à l'histoire du Manga, je suis heureuse d'avoir pus vous l'écrire et meurs désormais d'envie de lire Hadashi No Gen et me le suis procurer !

     

    Saviez-vous tout ça ?

     

     

     

    « SCHOOL 2017 // Drama Coréen 2017Because of you // Drama chinois »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    lou
    Samedi 30 Septembre à 13:22

    Un article qui sort de l'ordinaire et ultra intéressant. Je ne m'était jamais posée de questions sur l'origine des mangas mais dès que j'ai vu le titre ça a commencé à piquer ma curiosité. Merci de faire ce genre d'articles, ça permet de diversifier le blog et de lui apporter un plus, car des blogs sur les dramas il y en a une tonnes, mais proposant en plus de tels articles non ;) Bonne continuation !

      • Mardi 3 Octobre à 16:01

        Lou, un grand merci à toi pour ce commentaire qui nous donne beaucoup de force. 

        Nos articles " cultures " sont en effet là pour diversifier et faire en sorte qu'en commençant par s'intéresser aux Drama on finisse par en savoir un peu plus sur la culture d'un pays ( pour cette année c'était axé sur le Japon ). J'espère que nos articles sauront te satisfaire à l'avenir ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :